Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 18:53

Randonnée d'une douzaine de kilomètres sur un terrain que je connais bien pour le parcourir assez régulièrement depuis de nombreuses années, il s'agit du Donon et du Petit Donon.

Pour changer et ne pas toujours partir du col du Donon, lieu de départ habituel de pratiquement tous les randonneurs qui se rendent au sommet du Donon, je démarre cette fois du col de l'Engin qui se trouve entre le Petit Donon et l'ancien cimetière militaire Allemand situé à la limite des département de la Moselle et de l'Alsace.

Parti volontairement en milieu de matinée, je vais pouvoir m'installer face au temple sommital pour prendre mon repas constitué d'un sandwich et d'une salade de riz au thon.

Le Massif du Donon constitue avec ses 1008 m d'altitude le point culminant des basses-Vosges, à la jonction des provinces alsacienne et lorraine. Dès la préhistoire, parce qu'il est visible de loin, on lui attribue un caractère sacré qui ne le quittera plus. Sa situation à l'écart des foyers favorise le développement des légendes, mêlant mythe et réalité. Les Romains, mystérieusement séduits, consacrent le site à Mercure. Craint par les premiers chrétiens, le Donon aurait, depuis, présidé à la conception de Victor Hugo. Sous Napoléon III, un pastiche réussi de temple antique vient couronner le sommet.

Son voisin, le Petit Donon avec ses 961 mètres d'altitude représente un enjeu stratégique au tout début de la première guerre mondiale pour les forces Françaises et Allemandes. La bataille des 20 et 21 août 1914 livrée pour la possession de ce sommet coûtera la vie à de très nombreux soldats des deux camps. Finalement les Français se retirent laissant le Donon aux mains des Allemands jusqu'à la fin de la guerre.

Pour agrandir les photos, cliquez simplement dessus.
Chaume de Requival vu de la Côte de l'Engin

Chaume de Requival vu de la Côte de l'Engin

Vallée de la Sarre Blanche et le DononVallée de la Sarre Blanche et le Donon

Vallée de la Sarre Blanche et le Donon

Ancien chemin empierré menant vers le sommet du Donon

Ancien chemin empierré menant vers le sommet du Donon

Petite pause au Donon, à quelques mètres du sommet

Petite pause au Donon, à quelques mètres du sommet

Vue panoramique sur le col du Donon

Vue panoramique sur le col du Donon

Myrtilliers en fleur au pied du relais du Donon

Myrtilliers en fleur au pied du relais du Donon

Le Donon et son temple,  1008 m d'altitude

Le Donon et son temple, 1008 m d'altitude

Plate-forme sommitale

Plate-forme sommitale

Le temple gallo-romain (reconstitution de 1869)

Le temple gallo-romain (reconstitution de 1869)

Table d'orientation et rencontre au sommet  pour deux toutous Table d'orientation et rencontre au sommet  pour deux toutous

Table d'orientation et rencontre au sommet pour deux toutous

Plateau sommital du Donon avec la seconde table d'orientation

Plateau sommital du Donon avec la seconde table d'orientation

Ma salle à manger du jourMa salle à manger du jour

Ma salle à manger du jour

Vue du Petit Donon et col Entre les Deux DononsVue du Petit Donon et col Entre les Deux DononsVue du Petit Donon et col Entre les Deux Donons

Vue du Petit Donon et col Entre les Deux Donons

Stèles au sommet du Petit Donon,  961 m d'altitude

Stèles au sommet du Petit Donon, 961 m d'altitude

Le Donon vu du Petit Donon

Le Donon vu du Petit Donon

Au sommet du Petit Donon  et le Donon en arrière plan

Au sommet du Petit Donon et le Donon en arrière plan

Au sommet du Petit Donon, vue panoramique et stèle AllemandeAu sommet du Petit Donon, vue panoramique et stèle Allemande

Au sommet du Petit Donon, vue panoramique et stèle Allemande

Petit Donon,  les rochers du sommet

Petit Donon, les rochers du sommet

Cette fois nous sommes au sommet du Kohlberg

Cette fois nous sommes au sommet du Kohlberg

Le Donon et le Petit Donon vus du Kohlberg

Le Donon et le Petit Donon vus du Kohlberg

Retour vers le col de l'Engin

Retour vers le col de l'Engin

7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 11:00

 

Le col de La Chapelotte et les sommets environnants garderont encore longtemps les stigmates de cette guerre meurtrière qui fit des millions de morts. Situé sur le front 14-18 entre le Donon et Raon Sur Plaine la Chapelotte devient rapidement un point stratégique qu'il fallait tenir pour conserver l'avantage sur l'ennemi. Le 27 février 1915, une attaque Allemande leur permet d'assurer leurs positions sur le site de La Chapelotte et sur les sommets environnants. Pour conserver cette position les Allemands vont réaliser des travaux de fortification de grande ampleur.

Du côté Français, les effectifs ayant été réduits pour renforcer les champs de bataille de la Marne, la défense du site de la Chapelotte avait été confiée aux régiments de réserve Niçois du 363ème RI, aux Corses du 373 ème RI et aux chasseurs du 70 ème BCA. 

Durant cette petite balade de quelques kilomètres je vais parcourir le site de La Chapelotte et des Jumelles. Les vestiges militaires sont encore nombreux ici et sortir des sentiers balisés demande une vigilance toute particulière car il serait encore facile de se blesser sur une ferrailles centenaire mais encore bien piquante ou coupante. S'aventurer dans les abris creusés par les soldats Français  permet de se rendre compte de ce que fut la vie souterraine de ces militaires qui ont passé plusieurs années de leur vie enterrés ici sur ce front qui s'était figé très rapidement en une guerre de tranchées face à des Allemands très bien équipés et disposant de bunkers, souterrains et d'abris betonnés pour se protéger. 

 

 

 

 

H13 - La Chapelotte

Sculpture représentant 2 soldats Français    

 

 

 

H01 - La Chapelotte

Petite chapelle au col de La Chapelotte.    

 

 

 

H02 - La Chapelotte

Plaque située au col de La Chapelotte    

 

 

 

 

H03 - La Chapelotte

Un bunker Allemand en béton.    

 

 

 

 

H04 - La Chapelotte

Une grotte creusée par les soldats Français   soucieux de s'y réfugier

 

 

 

 

H05 - La Chapelotte

Un autre abri souterrain Français    

 

 

 

 

H06 - La Chapelotte

Il reste ce genre de "souvenirs" dans les bois de La Chapelotte    

 

 

 

H07 - La Chapelotte

Une "queue de cochon"     

 

 

 

 

H08 - La Chapelotte

Drôle d'os ...     

 

 

 

H09 - La Chapelotte

 

 

 

 

 

H10 - La Chapelotte

Monument érigé en mémoire des Corses de 373 ème RI     

 

 

 

 

H11 - La Chapelotte

Le bouquetin était leur emblème    

 

 

 

 

H12 - La Chapelotte

Joli aussi de l'autre côté     

 

 

 

 

H14 - La Chapelotte

Et après la balade, dégustation de tarte aux mirabelles maison.     

 

 

 

 

20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 06:45

Suite de : Senones, vestiges militaires centenaires 1/2 

Seconde partie de cet article consacré à une randonnée effectuée dans un secteur montagneux et forestier de SENONES appelé les côtes de Senones et qui fut très tourmenté de 1914 à 1918. Dans la première partie de cet article, j'ai visité plusieurs blockhaus de construction Allemande destinés à empêcher les soldats Français à envahir l'Alsace. Ces blockhaus étaient situés directement sur la ligne de front où se déroulaient les combats et occupaient la plupart du temps des points stratégiques qu'il fallait tenir à tout prix. les soldats ne pouvaient pas s'y reposer et étaient régulièrement remplacés pour qu'ils puissent rejoindre des abris situés à flanc de montagne, hors de portée des tirs Français. Ces abris semi-troglodytiques que je vais découvrir sont souvent construits sous un rocher protecteur. 

 

Itinéraire : (1ère partie) Maison forest. de la côte de Senones - Col de Malfosse - GR 533 - le Mont Pelé - Roche Mère Henry - Les Quatre Bancs -

(2ème partie) - Le Fourneau - Roche d'Anteux -  Col de Dialtrepoix - Tête d'Anteux - Les Quatre Bancs - le Clos Malpré - maison forest. 

 

Cartes : IGN Top 25 - 3617 OT et 3616 OT

 

 

G20 - Senones

Sculpture sur une tombe d'un soldat Français    

 

 

 

 

G19 - Senones

Tombe d'un soldat Français près du col des Quatre Bancs    

 

 

 

 

G21 - Senones

Secteur très sauvage, difficile d'accès     

 

 

 

 

G22 - Senones

Ma salle à manger au col de Dialtrepoix, oui mais avant de s'installer il a fallu l'aménager !        

 

 

 

G23 - Senones

J'ai du rouler ma table jusqu'au banc         

 

 

G24 - Senones

C'est pas une belle table çà ?     

 

 

 

 

G25 - Senones

Au menu aujourd'hui, des gnochis.     

 

 

 

 

G26 - Senones

Le col de Dialtrepoix vu de ma salle à manger    

 

 

 

 

G27 - Senones

Un abri Allemand sous la Tête d'Anteux    

 

 

 

 

G28 - Senones

Un autre abri construit sous un rocher   

 

 

 

 

G29 - Senones

L'entrée de l'abri    

 

 

 

 

G30 - Senones

L'intérieur de cet abri semi-troglodytique    

 

 

 

 

G31 - Senones

Il faudra encore traverser cette forêt de fougères infestée de tiques voraces ...     

 

 

 

G32 - Senones

L'abri du club Vosgien (pas terrible) du col des quatre Bancs  (pas de table, ni de banc)   

 

 

 

 

G33 - Senones

Encore un abri militaire Allemand    

 

 

 

 

G34 - Senones

Retour à Senones    

 

 

17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 19:00

Randonnée de 16 km effectuée en grande partie sur la ligne de front de 1914-1918 entre le col de Malfosse et le col de Dialtrepoix avec visite dans cette première partie  des  blockhaus du Mont Pelé et de la roche Mère Henry. les Allemands qui n'avaient pas l'intention de céder un centimètre de terrain aux Français ont "bétonné" les points stratégiques de cette ligne de crête rendant l'avancée Française quasi impossible. Les deux camps se sont livrés à des batailles terribles dans ces forêts si belles par temps de paix. 

 

Itinéraire : (1ère partie) Maison forest. de la côte de Senones - Col de Malfosse - GR 533 - le Mont Pelé - Roche Mère Henry - Les Quatre Bancs - (2ème partie) - Le Fourneau - Roche d'Anteux -  Col de Dialtrepoix - Tête d'Anteux - Les Quatre Bancs - le Clos Malpré - maison forest. 

 

Cartes : IGN Top 25 - 3617 OT et 3616 OT

 

 

G01 - Senones

Maison forest. de la Côte de Senones    

 

 

 

 

 G02 - Senones

 Senones

 

 

 

 

 G03 - Senones

La croix de Malfosse    

 

 

 

 

 G04 - Senones

Monument Sartorio (ancien cimetière militaire Français)     

 

 

Au cours de l'année 1915, toute la crête et plus particulièrement le cote 651 (le mont Pelé) subit de violents bombardements notamment le 24 mai 1915 : à l'occasion de l'entrée en guerre de l'Italie, en réponse aux manifestations de joie de nos troupes.

Le monument fut érigé sur l'ordre du Lieutenant Colonel Do Hu Chan. C'est avant tout l'oeuvre d'Antoine SARTORIO. Ce monument est élevé là où se trouvait le cimetière provisoire français.

Source : http://www.paysdesabbayes.com/

 

 G05 - Senones

Monument Sartorio    

 

 

 

G18 - Senones

La croix du Pelé    

 

 

Le 19 novembre 1914 : pour consolider leurs positions, les Français vont décider une

nouvelle opération, la prise d'un puissant blockhaus allemand barrant le sentier de crête.

Le 19, donc, attaque du blockhaus allemand qui fut, au préalable, évacué par ses

occupants, et investi par la 24ème compagnie. Face à une situation précaire, les

français décidèrent de la faire sauter.

Cette attaque image ce que va être 4 années durant la guerre là où nous la trouvons.

Des attaques partielles, coûteuses en hommes et en matériel, pour gagner quelques

mètres de tranchées ou un abri bétonné. En effet, dans les mois qui suivirent, le béton

fit son apparition du côté allemand et les travaux réalisés de nuit (mineurs et ouvriers

venus spécialement d'Allemagne) vont s'intensifier non seulement sur la ligne de front,

mais aussi sur près de 20 km en arrière. C'est la position fortifiée du DONON

(Les Escaliers de !'Empereur).

 

 

 

G06 - Senones

Fortin Allemand  au sommet du Mont Pelé   

 

 

 

 

G07 - Senones

Fortin en béton armé  avec sa lourde porte en béton armé encore en place     

 

 

 

 

G08 - Senones

La porte en béton vue de l'intérieur du fortin    

 

 

 

 

G09 - Senones

L'intérieur du fortin     

 

 

 

G10 - Senones

Il reste pas mal de barbelé     

 

 

 

 

G11 - Senones

Toujours le fortin du Mont Pelé     

 

 

 

 

G12 - Senones

Avec beaucoup de ferrailles dans le béton s'il vous plait, ici des rails de chemin de fer !     

 

 

 

 

G13 - Senones

Un trou béant au bord du sentier ... attention à ne pas y tomber !     

 

 

 

 

ur les hauteurs de Senones, une masse rocheuse surmonte la vallée.
La Roche Mère Henry (cote 671) est un point tactique important puisqu'il contrôle le carrefour de tous les chemins permettant de passer de la vallée de la Plaine à celle du Rabodeau.

Les Allemands ont accumulé des moyens de défense importants sur ce point culminant.

Le 31 octobre 1914, l'infanterie française reçoit l'ordre d'attaquer la Roche Mère Henry, et le lieu-dit des « 4 bancs».

Le 19 novembre, le blockhaus allemand barrant le sentier de crête est détruit et la position française sera maintenue malgré la perpétuelle avalanche de torpilles et d'obus. http://www.paysdesabbayes.com/

 

 

G14 - Senones

Abri bétonné sous la roche de la Mère Henry     

 

 

 

 

G15 - Senones

Roche de la Mère Henry     

 

 

 

 

G16 - Senones

Point de vue exeptionnel sur Senones et les Vosges    

 

 

 

G17 - Senones

Table d'orientation et point de vue panoramique  au sommet de la roche de la Mère Henry   

 

 

 

A suivre ... 

 

 

 

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 18:45

Suite de l'article : Le Hochwald et la Ligne Maginot - 1/2.     

Après avoir traversé le fossé antichars du Hochwald une première fois (voir l'article précédent)  et contourné une battue de chasse un peu comme firent les envahisseurs "Teutons" en 1940 lorsqu'ils contournère la Ligne Maginot par la Belgique pour mieux nous envahir sans affrontement, nous rejoignons au bout de plusieurs kilomètres l'abri du Soulzerkopf et son point de vue où nous avions prévu de casser la croûte. 

Après le repas pris sur une table au soleil, ce qui est assez rare en janvier pour le signaler, nous repartons vers la ferme auberge Les Sept Fontaines, la seule ferme auberge Alsacienne à élever ses lapins au Riesling. Si vous ne me croyez pas, allez y donc voir ... Un peu plus tard et quelques kilomètres plus loin,  nous traversons à nouveau le fossé antichars du Hochwald et un impressionnant réseau de rails dressés pour stopper les chars ennemis si des fois ils étaient arrivés jusque là ... sauf qu'ils étaient passés en Belgique, mais pas nous !

 

Itinéraire de cette seconde moitié du parcours :  Col de Pfaffensclick - refuge de Soulzerkopf (pause de midi) - Les Sept Fontaines - terrain militaire de Drachenbronn - fossé antichars - Brissetishkopf - col du Pigeonnier. 

 

 

O19 - col du Pigeonnier

Col du Pfaffenschlick        

 

 

 

 

O20 - col du Pigeonnier

L'abri du Soulzerkopf     

 

 

 

 

 

O21 - col du Pigeonnier

Refuge et abri du club Vosgien au Soulzerkopf    

 

 

 

 

 

O22 - col du Pigeonnier

Une belle vue sur la plaine Alsacienne, mais quand il n'y a pas de brouillard    

 

 

 

 

 

O23 - col du Pigeonnier

Notre feu et juste derrière la "salle à manger" du jour     

 

 

 

 

O24 - col du Pigeonnier

La salle à manger du jour     

 

 

 

 

 

O25 - col du Pigeonnier

Le drapeau des Blaireaux flotte au Soulzerkopf    

 

 

 

 

 

O26 - col du Pigeonnier

Le GR 531 vers les 7 Fontaines          

 

 

 

 

O27 - col du Pigeonnier

La ferme auberge des Sept Fontaines (je les cherche encore les fontaines ...)     

 

 

 

 

 

O28 - col du Pigeonnier

La seule vache vue ce jour là !     

 

 

 

 

 

O29 - col du Pigeonnier

Ici on marine les lapins dans le riesling dès leur naissance ...     

 

 

 

 

 

O30 - col du Pigeonnier

Un réseau de rails antichars     

 

 

 

 

O31 - col du Pigeonnier

Un piège redoutable pour stopper les chars ennemis et mieux les détruire    

 

 

 

 

O32 - col du Pigeonnier

Le fossé antichars du Hochwald    

 

 

 

 

O33 - col du Pigeonnier

Une casemate Française    

 

 

 

 

 

O34 - col du Pigeonnier

La randonnée est presque finie, nous sommes revenus au col du Pigeonnier.     

 

 

A  bientôt pour une autre rando. 

 

24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 16:00

C'est dans les Vosges du Nord et plus précisément dans le Hochwald que va nous mener cette randonnée d'environ 20 km. Départ juste après le lever du soleil du col du Pigeonnier situé sur la D3 entre Wissembourg et Climbach. Partis de bonne heure de Sarrebourg nous prenons un bon petit déjeuner dans l'abri du club Vosgien de Wissembourg, juste à côté du refuge appartenant à la même association. En traversant la route départementale qui relie Wissembourg à Climbach nous découvrons une impressionnante sculpture en bois représentant un randonneur avec tout son barda.


Ce parcours assez long sera également assez physique car le secteur est très vallonné. Après chaque descente nous trouvons une nouvelle montée ... parfois très raide ! Et pour ajouter un peu de piment à la sauce,  il y a aussi eu le chemin transformé en véritable bourbier par les débardeurs forestiers  qu'il nous a fallu emprunter puis les chasseurs en pleine traque qui nous obligèrent à modifier notre parcours et quitter momentanément les sentiers balisés du club Vosgien. 


La forêt du Hochwald est un site important traversé par la célèbre ligne Maginot construite avant la seconde guerre mondiale pour empêcher les Allemands d'envahir la France. Le Hochwald est donné pour être le plus grand ouvrage de la ligne Maginot en Alsace. La forêt est traversée par un énorme fossé antichars long de presque 2 km, protégé par 9 casemates en béton. Construit de 1931 à 1933 cet énorme fossé et ses installations furent légèrement endommagés par les combats de juin 1940 et ensuite saboté par les Allemands en 1945.

 

Et comme les découvertes furent nombreuses sur ce parcours je vais vous le faire découvrir en deux articles.    

 

Itinéraire de cette première partie de parcours : Col du Pigeonnier - Eselsberg - Luchsenkopf -  fontaine de Climbronn - ruines chapelle de Climbach -  Hinterwald - fossé anti chars du Hochwald - col de Pfaffenschlick. 

 

 

O01 - col du Pigeonnier

Col du Pigeonnier    

 

 

 

O02 - col du Pigeonnier

Abri ouvert du club Vosgien au col du Pigeonnier    

 

 

 

O03 - col du Pigeonnier

Lever de soleil au col du Pigeonnier    

 

 

 

 

O04 - col du Pigeonnier

Petit déjeuner avant le départ de la rando     

 

 

 

 

O05 - col du Pigeonnier

Sculpture en bois du randonneur et refuge CV au col du Pigeonnier    

 

 

 

 

O06 - col du Pigeonnier

Dis mon gars, tu sais par où il faut partir ?     

 

 

 

 

O07 - col du Pigeonnier

Les Vosges du Nord    

 

 

 

 

 

O08 - col du Pigeonnier

Le village de Climbach     

 

 

 

 

O09 - col du Pigeonnier

Ruines de la chapelle de Climbach, 14ème siècle    

 

 

 

 

O10 - col du Pigeonnier

Fontaine de Climbronn, près de la chapelle de Climbach    

 

 

 

 

 

O11 - col du Pigeonnier

Chemin transformé en marécage par les engins forestiers    

 

 

 

 

 

O12 - col du Pigeonnier

 

 

 

 

O13 - col du Pigeonnier

Fossé antichars vu du haut     

 

 

 

O14 - col du Pigeonnier

 ... et là le même fossé vu de l'intérieur 

 

 

 

O15 - col du Pigeonnier

Je me trouve encore dans le fossé du Hochwald    

 

 

 

 

O16 - col du Pigeonnier

Une cloche blindée d'un casemate protégeant le fossé    

 

 

 

 

O17 - col du Pigeonnier-copie-1

Un des 9 casemates détruit par une explosion     

 

 

 

 

O18 - col du Pigeonnier

Une autre cloche blindée    

 

 

A suivre ... 

 

11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 07:00

 

L'armistice 1918, signé le 11 novembre 1918 à 05 heures 15  dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne, marque la fin des combats de la première guerre mondiale qui fit plus de 18 milllions de morts. 

 

 

 

E01 - 11 novembre-redim1200

Les "Blaireaux" commémorent l'armistice     

 

 

Le Donon connut aussi sa bataille et son lot de morts dès le début du conflit. Le 14 aoüt 1914, les soldats Français s'emparent du col du Donon. Les Allemands après un retrait rapide, passent à l'offensive  et reprennent le Donon et le Petit Donon après deux journées de combats les 20 et 21 août 1914. 

 

 

 

 

E02 - 11 novembre-redim1200

Les couleurs nationales flottent sur le Kohlberg, face au Petit Donon

 

 

 

 

E05 - 11 novembre-redim1200

6 Franz. Krieger  -  6 soldats Français  - Stèle au sommet du Petit Donon

 

 

 

 

Avec les Allemands nous nous sommes tellement battus, que nos sang ne font plus qu'un. 

Ferdinand GILSON. Citation d'un poilu. 

 

 

 

E03 - 11 novembre-redim1200

Plaque commémorative du souvenir Français au sommet du Petit Donon

 

 

 

 

 

E04 - 11 novembre-redim1200

Visage sculpté au Petit Donon

 

 

Aux générations futures, je dirais : soyez les messagers de la paix ... Soyez les passeurs de la mémoire de la Grande Guerre, car cette tragédie ne devra jamais être oubliée. Sinon elle risque de recommencer. 

Charles Kuentz.  Citation d'un poilu.

 

 

3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 12:30

 

Journée consacrée à la visite du Massif du Donon et plus particulièrement aux constructions défensives les plus importantes réalisées par l'armée Allemande au cours de l'année 1915 après l'offensive Française qui visait à s'empager du Donon en août 1914 et qui se solda par un échec. La ligne de front se situant à peine une douzaine de kilomètres plus loin dans les Vosges entre La Chapelotte et la Tête des Faux, le Donon ne se trouvant donc plus en première ligne, il faut fortifier cette position stratégique située à un carrefour de routes afin d'empêcher l'avancée de l'armée Française en cas de percée. C'est au général d'infanterie von Falkenhausen qu'est confié la mission de consolider ce verrou Vosges-Rhin et le relier à la Feste Kaiser Wilhelm II et la Place de Strasbourg afin d'empêcher tout passage par la vallée de La Bruche. Un chantier colossal est mis en oeuvre pour transformer l'ensemble du massif du Donon en une gigantesque forteresse. De nombreux abris en béton ont ainsi été construits par les pioniers Allemands et par les troupes elles mêmes. 

Le chantier va durer plusieurs mois, pratiquement toute l'année 1915. Jugé trop onéreux par le Général Von CLEAR, les travaux prévus en 1916 ne furent pas réalisés. En plus des tranchées creusées au milieu des rochers et des forêts il faut construire des dizaines d'abris en béton armé pour mettre les troupes à l'abri et créer des casemates pour les canons de 9 cm et les obusiers. Le projet prévoit de construire de quoi abriter 5000 hommes. Le Donon accèdera aussi au statut de Kommandantur lui assurant une certaine autonomie de fonctionnement malgré la tutelle du gouvernement militaire de la Place de Strasbourg. 

Très peu de visiteurs au Donon soupçonnent l'existence de ces bunkers ou casemates et presque tous ont été rendus invisibles par la végétation et la forêt. Il existe toutefois deux parcours balisés par le club Vosgien qui permettent d'en découvrir une partie au départ du col du Donon vers le col de l'Engin (balisage +) et au départ de l'Etoile I vers la Corbeille et le Morveux (balisage o). 

 

 

A01 - bunkers Donon

Le Donon vu du col.     

 

 

 

 

A02 - bunkers Donon

La forêt du Donon au début de l'automne.    

 

 

 

 

A03 - bunkers Donon

 

 

 

 

 

A11 - bunkers Donon

Secteur de la Corbeille

 

 

 

A05 - bunkers Donon

L'intérieur d'un abri sur le site de la Corbeille    

 

 

 

 

A06 - bunkers Donon

Un abri observatoire, vu de l'intérieur    

 

 

 

 

A07 - bunkers Donon

Le même observatoire vu de l'extérieur

 

 

 

 

A08 - bunkers Donon

La vue à partir de cet observatoire    

 

 

 

 

A09 - bunkers Donon

Une sortie verticale d'un abri ... attention danger !     

 

 

 

 

 

A11 - bunkers Donon

La Corbeille    

 

 

 

 

A12 - bunkers Donon

D'autres abris cachés par les sapins    

 

 

 

 

 

 

A13 - bunkers Donon

Une position de batteries Allemandes     

 

 

 

 

 

A14 - bunkers Donon

 

 

 

 

 

A15 - bunkers Donon

 

 

 

 

 

A16 - bunkers Donon

Salle à manger du jour     

 

 

 

 

A17 - bunkers Donon

Un bunker pour canon Allemand de 9 cm  vu de l'extérieur    

 

 

 

 

 

A18 - bunkers Donon

Le même bunker vu de l'intérieur    

 

 

 

 

A19 - bunkers Donon

Tunnel de sortie    

 

 

 

 

A20 - bunkers Donon

Echelle de sortie      

 

 

 

 

 

A21 - bunkers Donon

Sortie du bunker/abri à raz du sol    

 

 

 

 

 

A22 - bunkers Donon

Une habitante des lieux (et elles sont nombreuses !)     

 

 

 

 

 

A23 - bunkers Donon

 

 

 

 

 

A24 - bunkers Donon

Le poste de commandement Allemand     

 

 

 

 

A25 - bunkers Donon

L'intérieur du poste de commandement Allemand    

 

 

 

 

 

A26 - bunkers Donon

Une autre vue de l'intérieur du poste de commandement    

 

 

 

 

 

A27 - bunkers Donon

Bunkers     

 

Revoir les autres articles publiés sur ce blog et sur le même thème. 

Les fortins du Donon.

Du béton dans le Donon.

Camouflage d'automne au Donon. 

Une seconde tête au Petit Donon. 

 

Tous les articles dans la rubrique "Histoire Militaire"

 

 

29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 18:00

 

Randonnée d'une douzaine de kilomètres autour du Hartmannswillerkopf rebaptisé  Vieil Armand par les Poilus de la guerre de 1914-1918, montagne Vosgienne culminant à 956 mètres. Départ du Col Amic (alt 826 m) pour nous rendre à la chapelle Sicurani puis à la Croix Zimmermann dans la vallée de Kaltenbach (alt 451 m). De là, la montée jusqu'au Hartmannswillerkopf (966 m)  par le sentier balisé triangle jaune puis bleu sera assez éprouvante car le dénivelé important sera parcouru sur une courte distance. De nombreux abris bétonnés datant de la guerre 14-18 et construits par les Allemands jalonnent notre parcours. Pour des raisons de sécurité nous ne nous aventurerons pas à l'intérieur de ces constructions. En cours de parcours et alors que nous pensions évoluer sur un parcours très bien balisé nous aurons la surprise de nous égarer durant un petit moment avant de retrouver un semblant de balisage qui va nous remettre sur le bon chemin. Nous n'étions pas encore au bout de nos peines car le parcours toujours balisé par le club Vosgien s'est engoufré dans les tranchées Allemandes dont nous allons avoir du mal à nous extraire. Nous allons être obligés de parcourir sur plusieurs centaines de mètres des boyaux en béton et en pierre, parfois en mauvais état et risquant de s'écrouler avant de pénétrer dans une jungle de fougères, de ronces et d'orties. Bref, un vrai parcours du combattant d'où nous ne serons pas mécontent de nous extirper pour rejoindre une immense croix blanche située au sommet du Hartmannswillerkopf. Ouf, le sommet était atteint et nous pouvons enfin nous reposer et faire une pause café bien méritée. 

Retour ensuite sur des sentiers plus "calmes"par le GR5 en passant par les ruines du château Alsacien du Freundstein, cité au 12ème siècle, ce fut le château le plus haut d'Alsace.

Durant la guerre de 14-18, l'armée Française convoitait le Hartmannswillerkop pour sa position stratégique sur le front et le formidable observatoire qu'il constituait sur la plaine d'Alsace. Les combats du Hartmannswillerkopf ont fait environ 15000 morts dans chaque camp. Les Poilus l'ont appelé  " la mangeuse d'hommes".     

 

Itinéraire: Col Amic - chapelle Sicurani - Abri Baratin - croix Zimmermann - Hartmannswillerkopf - nécropole nationale - col du Silberloch - GR 5 - ruines du Freundstein - Col Amic.

12 km - prévoir 4 heures de marche sans les pauses - Dénivelé positif 670 m. 

Carte : IGN Top 25 - 3620 ET

 

 

C01 - Hartmannswillerkopf

Chapelle Sicurani    

 

 

 

 

 

C02 - Hartmannswillerkopf

Abri Baratin     

 

 

 

C03 - Hartmannswillerkopf

 

 

 

 

C04 - Hartmannswillerkopf

 

 

 

 

 

C05 - Hartmannswillerkopf

Abris Allemands en très bon état malgré leur âge (100 ans).     

 

 

 

 

C06 - Hartmannswillerkopf

La plupart des abris portent un nom.     

 

 

 

 

C07 - Hartmannswillerkopf

Un autre abri, un peu plus enterré.     

 

 

 

 

 

C08 - Hartmannswillerkopf

Un escalier     

 

 

 

 

 

C09 - Hartmannswillerkopf

Encore un abri Allemand    

 

 

 

 

C10 - Hartmannswillerkopf

Une tranchée bétonnée  de conception Allemande   

 

 

 

 

C11 - Hartmannswillerkopf

Des tranchées fortifiées faites pour durer    

 

 

 

 

C12 - Hartmannswillerkopf

Un bastion fortifié    

 

 

 

 

C13 - Hartmannswillerkopf

Encore du béton vieux de 100 ans    

 

 

 

 

C14 - Hartmannswillerkopf

Plus près du front, bunkers en pierres et béton     

 

 

 

 

 

C15 - Hartmannswillerkopf

Un passage souterrain reliant deux tranchées    

 

 

 

 

C16 - Hartmannswillerkopf

Parcours à haut risque ...     

 

 

 

 

C17 - Hartmannswillerkopf

La végétation a envahi les tranchées, progression difficile.     

 

 

 

 

C18 - Hartmannswillerkopf

Une croix géante au sommet du Hartmannswillerkopf     

 

 

 

 

C19 - Hartmannswillerkopf

Un abri blindé pour guetteur Français     

 

 

 

 

C20 - Hartmannswillerkopf

La nécropole Nationale    

 

 

 

 

C21 - Hartmannswillerkopf

30000 soldats ont perdu la vie au Hartmannswillerkopf    

 

 

 

Les quatre photos suivantes sont d'époque (1914-1918). Elles ont été prises au Vieil Armand et témoignent de la violence des combats. Source des images : internet. 

 

Viel Armand 01

 

 

 

 

 Vieil Armand 02

 

 

 

 

Vieil Armand 03

 

 

 

 

Viel Armand 04

 

 

 

 

 

 

C22 - Hartmannswillerkopf

      Sur le GR 5 en direction du Freundstein

 

 

 

 

C23 - Hartmannswillerkopf

      Ruines du château du Freundstein, le plus haut d'Alsace à 927 m d'altitude

 

 

 

 

C24 - Hartmannswillerkopf

Retour au col Amic, fin du circuit     

 

 

 

 

C25 - Hartmannswillerkopf

Une Vosgienne nous regarde passer     

 

 

 

 

C26 - Hartmannswillerkopf

Ferme auberge du Haag, au pied du Grand Ballon    

 

 

 

 

C27 - Hartmannswillerkopf

Une spécialité Alsacienne, des fleischnacka     

 

 

 

 

C28 - Hartmannswillerkopf

Une spécialité Vosgienne cette fois ...     

 

 

 

 

C29 - Hartmannswillerkopf

Meuhhhhhh ... c'est déjà fini ?     

 

 

 

 

 

4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 09:00

 

Randonnée de plus ou moins 18 km avec un dénivelé de  915 mètres au départ du village Vosgien d'Allarmont dans la vallée de la Plaine. Nous allons suivre sur plusieurs kilomètres un sentier balisé "croix rouge" pour rejoindre Le Pain De Sucre, un petit sommet culminant à 671 mètres ayant la particularité d'avoir été fortifié par l'armée d'occupation Allemande durant la première guerre mondiale. Au lieu dit Les Herrins un ancien PC militaire Allemand a été transformé en abri pour randonneurs par le club Vosgien. Il ne figure pas sur les plans. L'endroit est matérialisé sur la carte par l'indication "fontaine Benoit". Il y a bien une mare d'eau près de l'abri, mais point de fontaine.   Après la visite des vestiges militaires du Pain de Sucre,  nous rejoindrons La Tête du Coquin, un autre sommet de la région, culminant lui à 837 mètres d'altitude et offrant un point de vue exeptionnel sur cette partie des Vosges. Le rocher sommital de la Tête du Coquin a longtemps servi de poste d'observation à l'armée Allemande et durant la grande guerre il a même été creusé et fortifié. Nous allons profiter d'un temps splendide pour rester sur ce sommet le temps de prendre notre repas de midi et faire flotter le drapeau de l'association des Blaireaux.   

 

 

 

 

I01 - le Coquin

Tout débute sur le sentier balisé +     

 

 

 

 

I02 - le Coquin

Lieu dit Les Herrins - stèle sculptée dans la roche par le 84ème Landsturm de Neustadt en Bavière 

 

 

 

 

I03 - le Coquin

Lieu dit Les Herrins  - Cantine et PC du 84 ème Landsturm 

 

 

 

 

I04 - le Coquin

Vue sur le village de Celles Sur Plaine    

 

 

 

 

I05 - le Coquin

"Vierge sans nom" au carrefour du même nom ...     

 

 

 

 

I06 - le Coquin

Le Pain de Sucre - Rocher transformé en bunker   

 

 

 

 

 

I07 - le Coquin

Le Pain de Sucre - Entrée d'un abri.    

 

 

 

 

I08 - le Coquin

Le Pain de Sucre - mur d'enceinte du site fortifié en 1915.    

 

 

 

 

 

I09 - le Coquin

Dans un abri.     

 

 

 

 

I10 - le Coquin

Il reste même des barbelés de 1915

 

 

 

 

I22 - le Coquin-

Fontaine Le Boeuf 

 

 

 

 

I11 - le Coquin

La Tête du Coquin et l'observatoire fortifié

 

 

 

 

I12 - le Coquin

La Tête du Coquin - le rocher observatoire    

 

 

 

 

 

I13 - le Coquin

L'abri sous le rocher de la Tête du Coquin    

 

 

 

 

I14 - le Coquin

Rocher transformé en observatoire en 1915    

 

 

 

 

I15 - le Coquin

Un drapeau inconnu flotte à la Tête du Coquin 

 

 

 

 

I16 - le Coquin

Pique nique à la Tête du Coquin     

 

 

 

 

I17 - le Coquin

Vous verrez ce drapeau de temps en temps lorsque "les blaireaux" sont en rando

 

 

 

 

 

 

 

I18 - le Coquin

Belle vue d'ensemble sur la forêt des Bois Sauvages    

 

 

 

 

I19 - le Coquin

Ces objets sont là depuis presque 100 ans     

 

 

 

 

 

I20 - le Coquin

Balisage du chemin du retour 

 

 

 

I23 - le Coquin-

Un randonneur sur le chemin du retour

 

 

 

I21 - le Coquin

Retour au village d'Allarmont

 

 

 

 

Présentation

  • : Sarrebourg 57400
  • Sarrebourg 57400
  • : Mes photos prises au gré de mes balades et randonnées à Sarrebourg et dans ses environs, dans les Vosges et en Alsace, mais aussi dans toute la Lorraine et ailleurs en France.
  • Contact

L'auteur.

Moi - Hautes Chaumes

Recherche

Météo

Droits d'auteur.

  

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur. Sauf accord préalable demandé par mail, l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE.