Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 11:30


Englobés en territoire annexé en 1871, le Petit et le Grand DONON dominent un dense réseau de voies de circulation antiques.
Dès le 14 août 1914 des combats sont livrés dans le massif. Les chasseurs à pied du 21ème corps d'armée Française s'opposent aux soldats du 14ème corps de réserve Badois en particulier au Petit Donon. Cette formidable forteresse naturelle restera aux mains des Allemands qui consolidèrent sa protection jusqu'en 1918 en aménageant des positions en profondeur. C'est ainsi qu'une ceinture de bunkers fut construite par le génie militaire Allemand avec comme main d'oeuvre des ouvriers civils mais aussi des prisonniers Russes.

Petit rappel historique
Le 10 mai 1871, le traité de Francfort-sur-le-Main met fin à la guerre de 1870 et confirme le retour de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne. Mais, ce nouveau "Land" n'a pas l'autonomie interne comme les autres 25 "Länder" allemands, il sera directement administré par la Chancellerie d'Etat de Berlin, mais il acquiert un régime particulier dans beaucoup de domaines. La population totale de l'Alsace-Lorraine était en 1871 de 1 579 738 habitants.


Le cub Vosgien a créé il y a quelques années le "sentier des bunkers". Cet itinéraire balisé  X  débute au col du Donon à environ 100 mètres après le parking de la maison forestière  et aboutit au col de l'engin. Le randonneur peut sur une distance de 7 km visiter les tranchées et plusieurs dizaines d'abris remarquablement bien conservés. Ne vous y aventurez pas sans lampe car l'endroit n'est pas sécurisé et les couloir très sombres. Il vous appartient de rester très prudent.

Ces bunkers ont tous été construits pratiquement à l'identique et disposent chacun de deux entrées, une à chaque extrémité de l'ouvrage,  permettant ainsi aux occupants  de disposer d'une sortie de secours en cas de souci car n'oublions pas que c'était la guerre et que les bombes ne choisissaient pas vraiment l'endroit où elles tombaient et pouvaient ainsi détruire une issue.  A l'intérieur de la construction il y a souvent plusieurs pièces de taille différentes, des couloirs jamais bien longs et d'épaisses portes. Certains de ces bunkers ont été construits sous la route conduisant au col du Donon (actuelle D 993). 





Panneau au début du parcours des bunkers (visible de la route).










































































 

 






 

 

 

 

 

 

commentaires

Maedes 10/06/2009 01:01

Ton reportage photo réalisé en hiver avec la neige évoque encore mieux les conditions dans lesquelles ont pu vivre ces hommes! L'Alsace-lorraine a vraiment une histoire toute particulière... Je ne suis allée que deux fois en Alsace et peu de temps... dommage, c'est une région au passé historique tourmenté et on devrait prendre le temps de se souvenir! Merci de nous y aider! Tu sais que quand j'étudiais cette période et ses sombres évènements autrefois... je ne m'imaginais pas que cela pouvait être une aussi jolie région! Je ne sais si j'aurai l'occasion d'y revenir un jour, mais tu m'en donnes l'envie! Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

vincent ganaye 24/02/2009 19:40

comment concilier histoire et photographie ou comment passer à côté d'une casemate en se souvenant que notre liberté a été payé de la vie de tous ces jeunes soldats. Ton article est intéressant à ce titre
a+, amicalement, Vincent

BDF 23/02/2009 22:16

Je me suis déjà amusé plus d'une fois à pénétrer à l'intérieur de ces abris militaires, pour tenter notamment de ressentir l'ambiance qu'il s'en dégageait, et éventuellement pouvoir observer de petites bestioles qui y trouvent facilement refuge. J'ai le plus souvent une pensée émue pour les hommes qui ont vécu là-dedans des moments très durs, difficiles à imaginer. Cette terre du Donon a souffert, heureusement que la nature reprend ses droits, mais ces vestiges sont tout de même des témoignages importants de ce qui s'est réellement passé, bien qu'ils défigurent encore de nos jours la naturalité du site.

houba 23/02/2009 21:04

dommage je ne les ai jamais visité et ne connaissaient pas leurs existences bien que je suis passée plus d'une fois pas très loin. par contre chez ma grand-mère quand j'étais petite nous jouons souvent dans un bunker (pas loin de sarralbe). bonne semaine

Cécilia 23/02/2009 15:35

eh bien je ne savais même pas que l'on pouvait trouver ce genre de chose sous la route ... pour toutes les fois où je suis passée là.
La prochaine fois, je m'arrête .

UNO 23/02/2009 15:02

Ce sont des endroits qui me font froid dans le dos! Alors encore moins de rentré à l'intérieur.

Martine Schnoering 23/02/2009 13:34

GLAGLA GLA ! Mes dents s'entre-choquent.
Heureusement, des petites voitures de toutes les couleurs qui passent dans le paysage, donnent un peu de vie à ces images.
Ces abris (plus profonds, plus secrets) sont cependant appréciés par toute une faune, notamment les chauve-souris, les araignées...

Bernard 23/02/2009 13:29

Bonjour,
les vestiges militaires ou de combat m'ont toujours filé le bourdon... Bien qu'ayant habité la vallée de la Bruche une dizaine d'années, je ne suis jamais allé les voir. Sur les pierres et les roches au bord du sentier qui mène au Petit Donon ( et d'ailleurs en dehors du sentier aussi) sont inscrits le nombre et la nationalité des soldats tombés à cet endroit. Cela m'a suffit... Heureusement que la nature "reprend ses droits" et efface plus ou moins vite les traces des aberrations humaines.

Présentation

  • : Sarrebourg 57400
  • Sarrebourg 57400
  • : Mes photos prises au gré de mes balades et randonnées à Sarrebourg et dans ses environs, dans les Vosges et en Alsace, mais aussi dans toute la Lorraine et ailleurs en France.
  • Contact

L'auteur.

Moi - Hautes Chaumes

Recherche

Météo

Droits d'auteur.

  

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur. Sauf accord préalable demandé par mail, l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE.