Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 11:00

Après quelques jours de beau temps et des températures bien plus clémentes, la nature a repris des couleurs, ses couleurs de printemps.
Cette agréable randonnée  à la découverte du Schweizerberg, au sein de la forêt domaniale de Saverne (Bas Rhin), va me faire traverser une très belle forêt de hêtres aux feuillages d'un vert éclatant.  









Rocher du Seebfels.




Au sommet du Seebfels.





Une passerelle bien utile.





Les Neubaufelsen.





Abri des Neubaufelsen.




Et pour que vous puissiez bien profiter du vert intense de ce feuillage j'ai augmenté la taille des images.




























21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 20:55

Le parking de la mairie de Bionville sera le point de départ de cette randonnée de 4 heures à la découverte du rocher de l'aigle (598 m), des roches Ganaux (612 m), de la roche aux cochons (647 m) et du rocher de Rambiroche (661 m).
Le petit village de BIONVILLE est construit sur le massif Vosgien mais se trouve en Meurthe et Moselle. 

Le sentier balisé cercle jaune passe devant l'église et s'élève en direction de la roche de l'aigle en empruntant  un sentier pavé sur quelques dizaines de mètres.  Je passe sous un rocher sans nom et une ligne à haute tension après avoir admiré la vue sur les villages de BIONVILLE et de ALLARMONT.




Ancienne route pavée.





Une vue sur BIONVILLE (54)  au premier plan et ALLARMONT (88).

 





Rocher sans nom.





La roche de l'aigle est en vue.





Roche de l'aigle.





Entre la roche de l'aigle et les roches Ganaux.





Un beau sécimen de fomitopsis pinicola  à trois niveaux.





Je suis presque arrivé à la roche Ganaux lorsque je découvre des vestiges de constructions militaires datant de la première guerre mondiale (14-18). Il s'agit en fait des fondations d'un téléphérique Allemand  qui servait à monter le ravitaillement depuis la vallée jusqu'à la crête. Ensuite c'est un petit train qui prenait le relais jusqu'au site de la Chapelotte situé à quelques kilomètres seulement.








Il est presque midi et je suis à la recherche de l'abri du club Vosgien mentionné sur ma carte pour m'y reposer un peu et en profiter pour me restaurer au sec et à l'abri du vent.
Je m'attendais à découvrir une petite cabane en bois mais cet abri est en fait une ancienne construction militaire en béton,  baptisée  "abri" pour la circonstance par le club Vosgien.  J'ai beau chercher aux alentours, je ne me suis pas trompé, c'est bien ici et l'inscrption "ABRI" à la peinture jaune ne fait aucun doute sur l'affectation non guerrière des lieux. L'aspect extérieur est souvent trompeur et je pénètre quand même dans ce vestige militaire dans l'espoir d'y trouver un banc ou une table. Mais une fois la porte franchie je tombe sur le cul (façon de parler).  L'état de délabrement de cet endroit est tel, qu'on dirait que les bombardements viennent seulement de se terminer alors que les débris qui jonchent le sol y sont depuis 90 ans tout de même.
Impossible de s'installer là, et je n'ai pas envie de prendre un bloc de béton sur la tête.   




Abri des Roches Ganaux.





L'intérieur de l'abri du club Vosgien.





Des boites de conserves oubliées par les soldats Allemands.





Roches Ganaux.




N'ayant pu  m'installer dans l'abri des roches Ganaux je poursuis ma route pour me rendre à la roche aux cochons. Le soleil est enfin de retour et je m'installe en plein air au point de vue juste derrière le relais tv. Une borne en granit va me servir de table et c'est debout dans la neige que je vais admirer la vue sur la vallée de La Plaine (nom du ruisseau).



La roche aux cochons.





La salle à manger du jour.






Le sentier en crête qui conduit au rocher de Rambiroche.






La croix Bodin.



J'arrive finalement au sommet du rocher de Rambiroche. Un panneau indique 661 m d'altitude. Habituellement la vue doit y être dégagée mais il commence à neiger et le plafond est bas.  Je m'engage dans un étroit passage dans le rocher pour longer l'immense falaise rocheuse.




Le rocher sommital du rocher de Rambiroche.





On se demande comment il tient en équilibre ?






Un étroit passage permet de passer de l'autre côté de la falaise.






Dans le passage rocheux.





Une partie seulement de la falaise de Rambiroche.




Et c'est déjà le retour à BIONVILLE.

 

 

 

 

 





25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 20:20

L'auteur du blog vous informe  que les images qui vont suivre peuvent choquer les âmes sensibles et sont fortement déconseillées aux enfants et aux personnes à la morale stricte.



J'ai + de 18 ans                        JE PEUX   ENTRER


J'ai - de 18 ans                        JE DOIS   QUITTER

 

 

 

Je vous avais prévenus, maintenant il est trop tard pour reculer

 

 

  


Si vous êtes encore là c'est que vous avez choisi l'option ENTRER et que vous avez + de 18 ans, que vous êtes un homme ou une femme (évidemment), prêt(e) à tout  pour voir quelque chose de tout à fait inhabituel sur ce blog


il est temps d'ouvrir grand vos yeux





C'est parti









 







































Vous vous attendiez à quoi ? 

Ces magnifiques concrétions de glace, également baptisées stalagbites,  ont été découvertes il y a quelques jours au cours d'une randonnée dans les Vosges près du Grand Ballon.



Poursuivons la visite de cette magnifique grotte dans laquelle les déplacements se sont faits prudemment pour abimer le moins possible cette oeuvre glacée et éphémère mais aussi pour ne pas être transpercé par la chute d'une stalagtite de plusieurs kilos dont l'extrémité est éfilée comme une épée.
 C'est finalement au bout d'au moins 30 bonnes minutes d'exploration que mes amis et moi mêmes sommes sortis sains et sauf par une des trois entrées "ou sorties" tout dépend dans quel sens on passe !  














 

 

 































LE COUP DE GUEULE DE L'AUTEUR

Vous avez peut être remarqué que le format des photos de cet article était plus petit que  ceux proposés habituellement. Je vous prie de bien vouloir m'en excuser mais ce changement n'est pas voulu par moi mais causé par les dernières modifications de OVerBlog.
Je ne mets pas en cause leur bonne volonté pour améliorer la présentation des blogs mais par pitié et là je m'adresse aux administrateurs d'OverBlog, ne touchez plus à rien quand çà fonctionne bien.

Je m'explique : il n'y a plus que trois possibilités de formats d'image. 

     PETIT                 c'est vraiment trop petit
      GRAND                C'est vraiment pas assez grand
      TRES GRAND       
Là ils ont fait fort chez OverBlog car c'est vraimentTROP grand
 
J'ai bien entendu envoyé un message à OverBlog pour leur faire part de ce problème mais je n'ai eu comme réponse qu'un mail automatique qui me renvoie sur le manuel d'utilisation. J'ai bien entendu consulté ce "manuel" mais la réponse au problème n'y figure pas. Il faut donc en conclure que ce n'est pas un problème et qu'il faut se dém... tout seul.

Et vous amis visiteurs et utilisateurs d'OverBlog qu'en pensez vous ? 
               Laissez moi vos commentaires et éventuellement vos solutions.

 


Voici la réponse faite par OverBlog le 26.01.2009

Bonjour

La limite de la taille des images a été augmentée. Si vos images sont trop grandes, vous pouvez :
    * Redimensionner l'image avant de l'envoyer.
    * Envoyer l'image en choisissant une taille adéquate (en choisissant 500, une image de 400 ne sera pas redimensionnée).
    * Redimensioner l'image dans l'éditeur d'article, en faisant un clic droit, puis en cliquant sur présentation pour changer sa taille.

Cordialement
Fabrice - Support pour over-blog.


14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 18:30

On  va laisser un peu le secteur du Nideck et de Wangenbourg pour revenir en Moselle  et faire une  petite balade  du côté de DABO et du col de la Schleif (alt. 689 m). 
Le dimanche c'est pas le top au niveau fréquentation surtout quand il y a du soleil. L'aire de pique-nique habituellement si calme en semaine (je précise) ressemblait plus ce jour là à une aire de repos de l'autoroute A7 un jour de départ en vacances.  
Bon c'est pas grave, ils sont tous occupés à faire griller des saucisses et les sentiers ne seront pas trop encombrés, du moins pas avant la fin du repas et vu que les bouteilles de bonne vinasse étaient encore pleines  lorsque je suis passé, je devrais être tranquille un petit moment. 
J'ai le temps d'aller promener le randogueur (Santoh) vers les Backofelsen et y adminer la vue sur le rocher de Dabo, puis faire un crochet par le rocher du Steinerne  Maennel (bonhomme de pierre) avant   de revenir par le col de la Wetzlach et la croix du Rosskof. 






Non ce n'est pas une aire de repos de l'autoroute A 7 ...





Une belle vue sur le rocher de Dabo du haut des Backofelsen.





Pour ne pas se perdre.





Le rocher du Steinerne Maenel





Le Steinerne Maenel.  





Rocher du Roskopf.





La croix du Rosskopf ou du Hengster Sepp, garde forestier assassiné ici le 27 novembre 1831 alors qu'il allait à la messe.




Croix du Hengster Sepp.





Tête à tête entre un sapin et un champignon.





11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 21:45

Dans la forêt domaniale d'Abreschviller, sur le Canceley, petit mont de 619 mètres d'altitude, plus précisément au rocher du Canceley,  il subsiste des vestiges de constructions bien curieuses.  Il s'agirait des ruines du fort de Canceley construit à une époque indéterminée.

Cette forteresse assez importante au vu des vestiges de sa double enceinte et d'un puits très profond  creusé dans la roche, occupait tout le sommet du Canceley et surplombait la vallée de la Sarre Rouge. Quelques belles cupules sont toujours visibles sur le sommet du rocher.  

Pour rejoindre ce site antique il m'a fallu gravir les 250 m de dénivelé le séparant du "trou du loup", mais le voyage en vallait la peine, car  là haut, la vue est magnifique en direction du Donon et on comprend mieux pourquoi les hommes d'antan on voulu s'y réfugier.





Sur les pentes du Canceley. 





 Une belle vue sur la forêt domaniale d'Abreschviller

 

Une grotte sous le rocher du Canceley. 




Vestiges d'une enceinte fortifiée.





Un puits impressionnant a été creusé dans la roche.





Un escalier taillé dans la roche mène au sommet du rocher.

 

Sommet du rocher du Canceley.




Extrémité sud du rocher du Canceley. 





Au Canceley, comme dans tous les lieux mystérieux des Vosges, on trouve des cupules.





La vue en direction du massif du Donon.

 


J'y étais aussi.







28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 12:11


Cette balade va nous mener à quelques kilomètres de Dabo et de son célèbre rocher. Le col de la Schleif (alt. 689 m) en est le point de départ avec sa grande aire de repos très fréquentée aux beaux jours et son joli petit chalet en rondins de bois. 

Les Himbeerfels, traduit "rocher de la framboise",  culminent à 747 mètres. Le paysage est sauvage et boisé. Chênes, hêtres, pins y font bon ménage. Mais de framboises, nous n'en découvrirons point et c'est bien dommage.
 






L'aire de repos du col de la Schleif.
    

 


Petit abri au col de la Schleif





Un rocher peu ordinaire à l'Eichelkopf.





Les rochers des Himbeerfels.






C'est par là les Himbeerfels.





Un escalier taillé dans la roche conduit  au sommet du Himbeerfels.






Au sommet des Himbeerfels. Un banc permet de s'y reposer mais la végétation et les arbres cachent la vue sur la vallée d'Engenthal.





Ici aussi on découvre d'étranges et mystérieuses inscriptions sur le haut de la falaise.






Bruyères et lézard profitent d'un rayon de soleil.





Quand on marche il faut boire .... de l'eau bien sûr.  

 



26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 18:20

Le village d'Abreschviller n'est situé qu'à 15 km au sud de  SARREBOURG dans une vallée traversée par la Sarre Rouge enclavée entre les massifs recouverts de sapins, de chênes et de hêtres. Pour habiter Abreschviller il faut aimer la nature car ici le parfum dominant est celui du bois, rien d'étonnant d'ailleurs car une des plus grande scierie de la région s'y trouve implantée. 

Dominant le village, du haut de ses 430 mètres d'altitude, la roche du diable est un endroit bien connu des Abreschvillois (ses).

Une légende, raconte que quatre fées gardent un trésor caché sous une roche branlante sur laquelle est sculptée une croix.  Le diable est assis sur ce trésor constitué d'or et tient dans sa bouche la clé qui ouvre le coffre. On dit que la personne qui aura le courage de prendre la clé entre ses dents deviendra le propriétaire du trésor et délivrera du même coup les fées.











La roche du diable.






Allez chercher un trésor là dedans vous ....






Le plateau de la roche du diable est recouvert de végétation.






Non, toujours pas de trésor, ni de fées, ni de diable ... continuons les recherches.   





Attendez, je vois quelque chose au pied de cette falaise.









Si c'est lui le diable dont tout le monde parle dans la région, je suis mort de rire.







Qu'est ce qu'il est effrayant.






Bon je m'en vais, ce trésor ne doit pas exister, pas plus que le fameux diable dont les villageois ont tous peur.




C'est quoi ce bruit là derrière moi ?


C'est rien, laisse tomber, c'est le vent... partons.




















13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 19:12


On ne peux pas passer près de DABO, commune de 2780 habitants située à 426 m d'altitude, au coeur des Vosges Mosellanes, sans jeter un oeil admiratif vers le rocher de grès qui domine le village du haut de ses 647 mètres. Mais là n'est pas le but de notre visite aujourd'hui et dirigeons nous plutôt à quelques kilomètres de là, vers HASELBOURG ou plus précisément vers les FALKENFELS, en Français, les rochers du faucon.

Le sommet des FALKENFELS est relativement facile d'accès et la vue y est très belle.  Un oeil averti saura voir les inscriptions mystérieuses gravées dans les roches  et peut être que vous découvrirez ce beau dolmen situé non loin de là. 

Après avoir exploré le sommet, empruntez un escalier de pierre et suivez le flèchage adéquat  pour vous rendre un peu plus bas, sous les rochers et y découvrir les deux dernières maisons troglodytiques de la région. Les derniers troglodytes qui les occupèrent furent un couple, Martin LINGELHELD "de Felsemartin" et sa femme Sophie et l'hermite connu sous le nom de Waldbruder de son vrai nom Eduard HIMBERT. 

Au pied des Falkenfels vous serez peut être intrigués par ces petites plaques portant des noms bizarres collées sur la roches. Il s'agit des noms donnés aux différentes voies utilisées par les adeptes de l'escalade car les Falkenfels ne sont pas seulement connues grâce à ses maisons troglodytiques mais aussi parce qu'il s'agit d'un site réservé à l'escalade. 






C'est où ?

 






Le rocher de DABO. 





Les Falkenfels vues de Schaeferhof.






Les Falkenfels. 





La plateforme au sommet des Falkenfels. 





Les Falkenfels. 





Inscriptions dans la roche. 





Le dolmen situé sur le sommet des Falkenfels. 





C'est par là ....





Une vue plongeante sur les maisons troglodytiques. 





Les maisons troglodytiques des Falkenfels. 





Au pied des Falkenfels. 





Le cul du chien  !!! 



et ... 




le cul de mon chien !









Jeunes sportifs pratiquant l'escalade. 





Fruits sauvages de saison aux Falkenfels.












 

 

13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 11:58

C'est tout près de l'ancien camp de concentration du Struthof près de NATZWILLER (67), à quelques centaines de mètres de la cabane des 5 routes,  que vous découvrirez cette étonnante étendue de blocs de pierre. Vous ne trouverez que très peu d'informations sur les guides touristiques et internet sur cette véritable mer de roches. L'absence de chemin balisé pour s'y rendre et la végétation luxuriante font de cet  endroit caché dans les bois sur un versant de colline un endroit  très peu fréquenté.  

 


La cabane des 5 routes.



La mer de roches.









Une randonneuse surprise par la marée haute.




Un frêle sapin a réussi à percer entre les énormes blocs de pierre.




Les vagues de la mer de roches.  




La végétation luxuriante gagne du terrain sur la mer de roches.













30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 19:38

Après la recherche matinale et fructueuse de chamois sur le flanc Alsacien du Hohneck je me dirige vers les Trois Fours où j'abandonne ma voiture pour continuer à pied en direction du col de la Schlucht, point de départ du très fameux sentier des roches.

D'emblée un panneau avertit les usagers de ce sentier qu'il est sans garantie avec des passages difficiles et impraticable en hiver. Voilà le ton est donné. Personnellement j'aurai bien rajouté sur ce panneau  "interdit par temps de pluie et aux enfants".

Ce sentier taillé dans la paroi rocheuse est aussi appelé sentier STROHMEYER du nom du président du club vosgien qui a pris l'initiative de son aménagement en 1910.

Pour admirer les très belles vues sur le versant Alsacien  il est conseillé de s'arrêter car le chemin étroit est semé d'embuches. Les passages dangereux ont été sécurisés par des mains courantes, des passerelles, des cables de vie et encore d'autres installations.

A lire aussi sur le blog Rando-Bivouac un très bon article sur le sentier des roches.



Et maintenant suivez le guide ... 





Les images se passent de commentaires.


 
 

 
 






























 

 


















Après un peu plus d'une heure de marche, selon le rythme de chacun,   il faut soit faire demi tour et retourner au col de la Schlucht, soit continuer en direction de Frankenthal. C'est cette seconde option que j'ai choisie et que vous découvrirez dans un prochain article.



Ah au fait ... est ce que tout le monde est arrivé ?






Présentation

  • : Sarrebourg 57400
  • Sarrebourg 57400
  • : Mes photos prises au gré de mes balades et randonnées à Sarrebourg et dans ses environs, dans les Vosges et en Alsace, mais aussi dans toute la Lorraine et ailleurs en France.
  • Contact

L'auteur.

Moi - Hautes Chaumes

Recherche

Météo

Droits d'auteur.

  

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur. Sauf accord préalable demandé par mail, l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE.