Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 17:00


Suite de l'article "De bon matin entre le Markstein et le Grand Ballon"


Dans l'article précédent je m'étais arrêté au refuge de Obere Sattel où j'avais rejoint le reste de l'équipe pour continuer cette randonnée commencée seul avant l'aurore. 
Alors que nous buvions un bon café  le soleil s'est infiltré dans la petite cabane par les interstices de la porte en bois pour nous inviter à nous mettre en route.  Effectivement il était l'heure d'y aller car nous avions l'intention de rallier le Markstein en passant par le Storkenkopf qui est le second sommet Vosgien par son altitude de 1366 mètres juste après le Grand Ballon 1424 m d'altitude.


 

 

Les préparatifs du départ.





Un traineau c'est bien utile parfois.





Il risque pas d'être coupé un jour celui là avec une forme pareille.




Après plus d'un kilomètre de montée sur les flancs du Grand Ballon nous arrivons  au col du Haag.  Une croix en bois de belle taille rappele qu'ici en 1911 un garçon a été foudroyé.













La ferme auberge du Haag et le Storkenkopf. 





Le Grand Ballon et la ferme auberge du Haag.






Une vue des Vosges, mais aussi du Jura et de la chaîne des Alpes.





Après une montée assez éprouvante dans une épaisseur impressionnante de neige à tirer un lourd traineau, nous abordons finalement le sommet du Storkenkopf où nous découvrons un joli cairn.  Cet endroit nous plait bien et sera notre salle à manger de midi. Ben oui, vous ne mangez pas à midi vous ? La météo nous étant favorable nous nous installerons sur les pierres les plus grosses placées à la base du cairn et tournés en direction du Grand Ballon qui nous fait face pour ne rien rater du spectacle. 









La vue en direction du Markstein.




Le Storkenkopf sur son flanc ouest.







Des traces gelées du lièvre.






Des crottes bien rondes laissées par le lièvre.





Les traces de la bête des Vosges...  mais nonnnnnn je rigole.





Une forêt de hêtres  




Le Markstein, station touristique.




Devinez qui c'est ?


Photo Martine Schnoering.








Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 12:00

 

Après deux heures passées dans la voiture à circuler dans le froid ( - 12 ) et le brouillard sur les routes Alsaciennes, je stationne finalement ma voiture sur le parking enneigé du Markstein.
Il n'est que 07h15 et la lune ronde brille encore dans un ciel noir et étoilé lorsque je quitte la station du Markstein en direction du Grand ballon où je dois rejoindre deux amis au refuge d'Obere sattel pour une journée de randonnée. Heureusement qu'en altitude il fait moins froid que dans les vallées, le thermomètre de la voiture indique -3 sur le parking.  
Cette mise en jambes d'environ 7 km est agréable  sur la route des crêtes enneigée et interdite à la circulation des véhicules en période hivernale. 
 


 




Alors que le jour commence à se lever un chamois solitaire sort de la forêt sur ma gauche et s'arrête sur la piste enneigée à moins de 50 mètres de moi. Il restera là quelques minutes à me regarder fixement comme si ma présence à cette heure matinale le surprenait.
Je me risque à m'avancer vers lui et il se décide finalement à s'enfoncer plus loin dans la forêt.







Tiens, le chamois m'a laissé un petit souvenir, quelques crottes bien fraiches et luisantes.








Au bout d'une heure de marche j'entends un bruit de moteur au loin. Ce n'est que la dameuse qui  prépare la piste de ski de fond qui relie le Markstein au Grand Ballon. Je fais un signe de la main au conducteur de l'engin qui continue en direction du Grand Ballon tout en me rendant mon salut.  









Déjà une heure de marche et voilà que le soleil se lève en illuminant les sommets.  







Quelques vingt minutes plus tard, j'aperçois le Grand ballon (altitude 1424 m) coiffé de sa boule si caractéristique. Il s'agit en fait d'un radar installé en 1997 et servant à l'aviation civile pour la gestion du trafic aérien à l'approche des aéroports de Mulhouse et Strasbourg.








Me voici arrivé à la ferme auberge du Haag qui, je crois, est ouverte toute l'année. C'est ici que je dois quitter la route des crêtes pour emprunter un sentier invisible car recouvert de neige afin de rejoindre le refuge d'Obere Sattel. Je retrouve facilement le petit panneau du Club Vosgien marqué d'une croix jaune qui m'indique la direction des Sattelfels.








Le sentier passe devant une grotte, mais l'obscurité m'empêche d'en voir le fond et puis je n'ai pas le temps de m'arrêter. Je reviendrai plus tard avec mes amis pour l'explorer car elle renferme peut être un trésor.







Il est 09 heures lorsque je vois le toit recouvert de neige du petit refuge tout en bois d'Obere Sattel. La cheminée fume. Mes amis ont allumé du feu pour se réchauffer.








Un endroit bien joli et tranquille au milieu de la forêt.








Un artiste a sculpté un Tetras, oiseau emblématique des Vosges, dans un tronc d'arbre.









Le sommet du Sattelfels (1063 m)  n'est pas très loin et c'est là que je vais retrouver mes deux compagnons du jour.







En hiver par - 3° quand même, il est fort agréable de trainer un peu devant un bon feu dans la cheminée tout en buvant un bon café noir accompagné d'une tranche de marbré.








Le soleil brille à l'extérieur et nous invite à quitter cet abri douillet.








A suivre ....   

 




 
La même balade faite un jour plus tôt sur le blog
                                                                                                    (Cliquez sur l'image svp) 
 










Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 12:30

Encore une belle journée ensoleillée passée dans les Vosges (une de plus) pour effectuer cette randonnée qui va relier les Trois Fours au sommet du Rainkopf  (1305m) en passant par le Kastelberg (1350 m).

Les conditions météorologiques pour réaliser cette toute dernière randonnée de l'année 2008 étaient idéales. Il faisait froid, mais il y avait un soleil radieux, un ciel bleu azur et surtout pas de vent.

Cette randonnée à raquettes qui va nous mener au-dessus de la Martinswand, au Hohneck, sur les flancs du kastelberg puis au sommet du rainkopf va nous faire découvrir quelques unes des nombreuses corniches de neige accumulées par le vent violent qui souffle ici par mauvais temps.





Le Hohneck vu de la Martinswand.




Un igglo près de la martinswand.  




Une corniche de neige impressionnante et très dangereuse.





Sur les flancs du Hohneck.





Et voici exactement ce qu'il ne faut pas faire ... passer sur les corniches de neige qui pourraient casser et entrainer les randonneurs imprudents dans une chute vertigineuse.


Deux randonneurs imprudents qui auraient pu faire une chutte mortelle.





Le Kastelberg par le sentier des névés.





Le Rainkopf et le Rothenbachkopf vus du Kastelberg.





La pause casse croûte. Ce jour là c'était sur les flancs du Kastelberg, face au Rainkopf.




La ferme auberge de Firstmiss ensevelie sous la neige.





Un groupe très coloré de randonneurs.












Rocher fendu.






Pour ne pas se perdre.





Le Rothenbachkopf  vu du sommet du Rainkopf.




Avez vous déjà vu .... 

                            une réunion de piquets ?




Moi oui














Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 11:00

2/ Du TANET au lac du Forlet (et retour).

Suite de l'artice 1/ Du col de la Schlucht au TANET.


Sans plus tarder Poursuivons cette belle randonnée à raquettes.
Je m'étais arrêté au sommet du TANET à 1292 m d'altitude mais le vent y soufflant un peu trop fort à mon goût  pour s'y attarder trop longtemps je décide de me rendre au  lac Vert et pourquoi pas s'il n'est pas trop tard pousser un peu plus loin encore vers le magnifique cirque glaciaire du Forlet et les Taubenklangfelsen. 



Je m'éloigne du Tanet.




La route des crêtes a été transformée en piste de ski de fond au lieu dit Dreieck. 





Le lac Vert tout blanc.





Le lac Vert.





La montée vers la ferme auberge de Gaertlesrain.





Massif du Tanet vu de la ferme auberge de Gaertlesrain (alt 1103 m).





Le chalet Erichson.



Il reste environ 30 minutes de marche à effectuer pour rejoindre le magnifique cirque glaciaire du Forlet et sa ferme auberge qui comme beaucoup d'autres en cette saison sera fermée, mais les paysages Alpins du Forlet valent le déplacement. Il s'agit d'un des plus beaux endroits de nos hautes Vosges.

Pour vous faire découvrir le cirque glaciaire du Forlet au printemps et en été faites un petit clic sur les liens suivants et vous y serez transportés aussitôt.

Linaigrettes et Drosera au menu de la ferme auberge du Forlet.

Randonnée des trois lacs ... la suite.




Cirque glaciaire du Forlet et les falaises de Taubenklangfelsen.










Le lac du Forlet vidé de son eau.








Nous sommes presque arrivés à la ferme auberge du Forlet mais comme elle est fermée en hiver il va falloir chercher une salle à manger pas trop exposée au vent car même ici il souffle assez fort aujourd'hui.




La salle à manger du jour sur un gros rocher qui fait office de table.




Il est déjà 13h30 et je dois penser à retourner vers le col de la Schlucht si je ne veux pas me faire piéger par la nuit.  

Au passage j'admire les jolis petits chalets et je me dis que leurs propriétaires ont bien de la chance de les posséder.  















Le soleil est déjà bien bas lorsque j'entends un gros bourdonnement.  Un hélicoptère passe juste au-dessus de ma tête puis tourne derrière un gros sapin. On dirait qu'ils cherchent quelqu'un.  














Ce bonhomme de neige a une tronche de croquemitaine ...








Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 09:30

C'est au col de la Schlucht à 1135 m d'altitude, que débute cette très belle randonnée à raquettes qui va faire l'objet de deux articles.


 Dans le premier article vous aller découvrir le parcours du COL de la SCHLUCHT au sommet du  TANET situé à 1292 m d'altitude en passant par LE HAUT FOURNEAU (alt 1288 m) et dans le second article mes raquettes vous conduiront du sommet du TANET au LAC DU FORLET (1065 m)  en passant par le LAC VERT (1053 m)  puis retour au col de la Schlucht.


1 / Du col de la Schlucht au TANET.

Il est 09 heures, il fait -5°, le soleil brille mais il y a du vent ce qui renforce la sensation de froid.

c'est donc le bonnet 100 % laine de couleur kaki acheté en hiver 1983 à l'occasion de mon service militaire (c'est sa dernière sortie car il a rétréci de façon significative au dernier lavage avec du synthétique), que je quitte le parking par le GR5 en direction du TANET.  




Les première voitures arrivent sur le parking de la Schlucht.




Le col de la Schlucht.  



Je quitte rapidement le col de la Schlucht où les premiers skieurs commencent à arriver pour m'enfoncer dans la forêt.






Les premiers points de vue permettent d'admirer le sommet du Hohneck coiffé de son restaurant sommital en forme de pyramide.













Je ne suis pas seul. 




Les Spitzenfels.






Sapins blanchis de givre au Haut Fourneau.













J'arrive au pied du Tanet et de ses rochers épars. Un sentier balisé de poteaux en bois guide les randonneurs à la belle saison jusqu'au sommet car on se trouve dans la réserve naturelle  de Tanet - Gazon - Faing et il est interdit de quitter les chemins balisés pour ne pas piétiner la végétation. L'endroit est très fréquenté en été comme en hiver.






Les rochers du Tanet se découpent sur le blanc de la neige et le bleu du ciel.






Les rochers sont recouverts d'une pellicule de givre. Le vent souffle fort, au moins 50 km/h. 











Au passage, j'admire une belle corniche de neige, mais attention DANGER ! il ne faut surtout pas s'aventurer trop près car elles sont fragiles et parfois peu épaisses et le risque de chute est grand.



Je crois que c'est le wurzelstein mais c'est à vérifier.





A suivre ....   2/du Tanet au lac du Forlet et retour.







Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 10:00


Pour photographier un lever de soleil il faut se lever tôt et arriver si possible avant le lever du soleil tant convoité. C'est ce que nous avons fait ce samedi matin là. Il faisait encore nuit quand nous sommes arrivés sur la route de crêtes aux Trois Fours.

Après avoir avalé un bon café chaud et un morceau de brioche nous nous équipons de nos raquettes et prenons la direction de la forêt des Trois Fours que nous devons traverser pour rejoindre la Martinswand.

                                                Lever de soleil prévu à 08h15.

                                                               Il fait - 9

                                                                             














Nous traversons une forêt aux décors incroyables et rejoignons les falaises de la Martinswand.






C'est un vrai labyrinthe de neige et de glace.












Le jour se lève doucement mais le soleil tant espéré reste aux abonnés absents.








Le brouillard est de plus en plus dense et la visibilité est d'à peine 10 mètres. La proximité des falaises de la Martinswand représente un réel danger car les corniches de neige ne manqueraient pas de cèder sous le poids d'une personne qui par mégarde s'y aventurerait. Nous avançons donc prudemment tout en tentant de rester à proximité d'un sentier de randonnée pour rejoindre le sommet du Hohneck. 












Un randonneur solitaire venant de nulle part passe devant nous sans nous voir.   







Panorama unique ... oui mais seulement quand il n'y a pas de brouillard.





Nous y voilà enfin au Hohneck mais toujours pas le moindre rayon de soleil en vue. Tant pis, nous reviendrons. La route qui relie habituellement la route des crêtes au sommet du Hohneck reste invisible, recouverte d'une épaisse couche de neige. Le restaurant du sommet du Hohneck a un aspect fantomatique.







La neige atteint ici la hauteur des panneaux de signalisation.






Cette randonnée je l'avais faite récemment par beau temps, pour la découvrir c'est ICI  ICI et ICI


La même randonnée en photos chez Martine :  Randonnée en raquettes, des Trois Fours au Hohneck.  


 



Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 08:15

 

Voici le dernier article d'une série consacrée à cette très belle randonnée sur les crêtes Vosgiennes entre le col de la Schlucht et le Hohneck. 

Vous avez déjà vu :  Du col de la Schlucht aux Trois Fours  et Les Trois Fours et les rochers de la Martinswand.




Acte 3 : Le Hohneck et le retour vers le col de la Schlucht.


Nous approchons tranquillement du sommet du Hohneck  où nous rencontrons quelques randonneurs. Il va être midi et il va falloir trouver un endroit où manger.

 

 

 

 


 

Tout ce qui est vertical est paré d'une dentelle de neige. 
  
 





L'auberge située au sommet du Hohneck est maintenant en vue et se trouve à une centaine de mètres.






L'auberge du Hohneck ressemble à une construction de glace.






Le parking de l'auberge est devenu inutile car la route d'accès est fermée, l'auberge aussi.






Le moindre objet est figé dans un écrin de glace.






Un panneau indicateur de direction qui semble vouloir nous montrer le chemin à suivre.






Une drôle de machine pétrifiée.






Les spitzkoepfe et le Kastelberg.






Martine, j'ai faim ...





Enfin installés au soleil dans notre salle à manger du jour en surplomb du lac de Schiessrothried.





Le petit Hohneck au premier plan et  au fond, la Forêt Noire.






Passage au col entre les deux Hohneck et retour vers les falaises impressionnantes des hauts de Falimont.  























Nous sommes de retour aux Trois Fours où le spectacle est toujours aussi beau et c'est avec regrets que nous rejoignons le col de la Schlucht.




Et encore beaucoup d'autres très belles photos de cette randonnée sur le blog










Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 11:00


Acte 2
:  les Trois Fours et les rochers de la Martinswand.

 


La balade en raquettes du col de la Schlucht au Hohneck continue. 



Tiens, Martine est debout.  







Les paysages somptueux des Trois Fours.  La Martinswand et le Hohneck.















Balisage ski de fond.






Une piste de ski de fond.






Le meilleur moyen pour se déplacer rapidement.






Des meringues géantes.






Une autre de ces grosses meringues.






La plaine d'Alsace sous les nuages et au fond la Forêt Noire.






La Martinswand et le Hohneck.






On se croirait presque dans les Alpes.






Un coup de fil à un ami.





Martine : Allo
Bertrand : Oui, c'est qui ?
Martine : c'est nous, nous sommes en balade au Hohneck
Bertrand : Bande de veinards
Martine : Mais toi t'es où ? 
Bertrand :  ...









Le massif du Hohneck 1363 m + 1 m de neige.
Attention à ne pas s'approcher des corniches de neige. Il y a risque de cassure et d'avalanche.







A suivre ...  Acte 3 : Le Hohneck et retour à la Schlucht.  






Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 23:00

Le compte rendu de cette randonnée effectuée en raquettes du col de la Schlucht au sommet du Hohneck (1363 m) va se jouer en 3 actes.  

Acte 1 : du col de la Schlucht aux Trois Fours.
Acte 2 : les Trois Fours et les rochers de la Martinswand.
Acte 3 : Le Hohneck et retour.

Ce lundi matin toutes les conditions sont réunies pour faire une randonnée exeptionnelle. De la neige fraiche à profusion, un ciel bleu azur à en faire pâlir de jalousie les habitants de Marseille et pas un pet de vent. 



Acte 1 : du col de la Schlucht aux Trois Fours.

Après quelques réglages de raquettes Martine et moi quittons le parking du col de la Schlucht  et prenons la direction les Trois Fours par le sentier de randonnée rectangle rouge qui débute derrière la petite église au pied des pistes de ski.

 









Nous traversons une forêt dont les arbres sont recouverts d'une épaisse couche de neige. L'ambiance est feutrée et mystérieuse.
























Nous arrivons en vue des Trois Fours. Le sentier est déjà bien marqué car quelques randonneurs matinaux nous ont précédés.





Je m'engage le premier en direction des Trois Fours. La ferme auberge n'est pas encore en vue, mais celà ne saurait tarder.


Photo de l'auteur réalisée par Martine Schnoering.



Soudain un petit cri de détresse  me fait me retourner ...



Mais voyons Martine, tu fais quoi par terre ? Ce n'est pas encore le moment de te reposer.
















La ferme auberge des Trois Fours et les rochers de la Martinswand apparaissent au loin.






A suivre : Acte 2 : Les Trois Fours et les rochers de la Martinswand.


Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 08:26

Suite et fin de l'article "avalanche de blanc et de bleu au col du calvaire".


Du col du calvaire nous avions rejoint les balcons du Lac Blanc où nous avons profité de vues magnifiques.
Nous avons ensuite poursuivi la balade en rejoignant les Hautes Chaumes du Gazon du Faing où des paysages incroyables d'anémomorphoses hivernales nous attendaient.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Traces de lièvre.

 

 

 

 

 

 

 

 























En quittant le col du calvaire la nature nous a encore réservé une agréable surprise, un magnifique coucher de soleil  et des lumières terribles dans le sous bois, mais vite il faut s'arrêter et faire quelques photos car le spectacle ne dure que quelques minutes.


A voir absolument sur le blog VOSGES-PASSION de Martine Schnoering deux articles consacrés à ces lumières éphémères. 

Incendie dans la neige au col du calvaire 1.

Incendie dans la neige au col du calvaire 2.





















Publié par PhilFLD - dans Randonnée
commenter cet article

Présentation

  • : Sarrebourg 57400
  • Sarrebourg 57400
  • : Mes photos prises au gré de mes balades et randonnées à Sarrebourg et dans ses environs, dans les Vosges et en Alsace, mais aussi dans toute la Lorraine et ailleurs en France.
  • Contact

L'auteur.

Moi - Hautes Chaumes

Recherche

Météo

Droits d'auteur.

  

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur. Sauf accord préalable demandé par mail, l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE.