Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 17:30
Toujours en vadrouille dans le JURA, nous quittons provisoirement la région de MORTEAU où nous venons de faire une belle randonnée à la découverte du Saut du Doubs (article précédent) pour nous rapprocher de PONTARLIER en prévision de la randonnée du lendemain dont le parcours est prévu entre la station de sport d'hiver de METABIEF et le sommet du Mont d'Or. En attendant il nous reste quelques heures à passer et nous en profitons pour visiter le château de JOUX.   
  
Forteresse située au coeur d'un site naturel magnifique, le château de Joux présente sur 2 hectares l'évolution de l'architecture militaire, du moyen-âge au fort de type Joffre. Prison d'État, il a hébergé des personnages aussi illustres que Mirabeau ou Toussaint Louverture.
 
Edifié à l'entrée de la "Cluse de Pontarlier", le château de Joux commande d'une centaine de mètres le passage emprunté par la grande route internationale reliant à travers le Jura la vallée de la Saône et la Bourgogne à la Suisse, les Flandres et la Champagne à l'Italie, les mers froides septentrionales à la Méditerranée. Cette situation géographique a de tous temps incité les hommes à fortifier et défendre ce point de passage obligé.
La grande voie commerciale qui passe au pied du château se développe à partir du 13e siècle, lors du renouveau des échanges européens, et devient la route du sel et du monachisme. Elle est également empruntée par les armées qui ont utilisé ce passage naturel à travers la montagne jurassienne depuis l'Empire Romain.
Passage obligé, cette cluse a toujours constitué un verrou naturel qu'il était logique, tentant et inévitable de surveiller et surtout de fortifier. Après le rattachement de la Franche-Comté au royaume de France en 1674, le rôle joué par la place frontière de Joux devient capital dans la défense du "Pré Carré" de Vauban.

Au cours des dix siècles de son histoire, le château n’a cessé d’être reconstruit, agrandi et complété : il est aujourd’hui composé de 5 enceintes et s’étend sur deux hectares, sans compter le complément défensif offert par les forts du Larmont inférieur et supérieur, construits face au château.
 
 
 
D01 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -020
 
 
 
 
 
 
 
 
D02 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -021
 
 
 
 
 
 
 
 
 D03 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -026
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 D04 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -030
 
 
 
 
 
 
 
 
 D05 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -038
  Porte d'honneur
 
 
 
 
 
 
D06 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -041
  Echauguette Louis XIV
 
 
 

Mirabeau

 
Dans sa jeunesse, Mirabeau mena une vie très dissolue, multipliant les aventures et les dettes de jeu. Pour éviter le scandale, son père demanda au Roi d’émettre une lettre de cachet contre lui, afin de le faire enfermer sans jugement. Mirabeau fut tout d’abord emprisonné au château d’If, plus proche de sa Provence natale, mais son comportement ne s’améliora pas : il y séduisit la seule femme de la prison, la cantinière, ce qui entraîna son transfert au château de Joux, en 1775. Il était alors âgé de 26 ans. Le gouverneur du château, mis en confiance par l'éloquence de son prisonnier, assouplit rapidement ses conditions de détention et l'autorisa à fréquenter la société pontissalienne.
Il y fit la connaissance de Sophie de Ruffey, avec qui il s'enfuit à Amsterdam, où on les arrêta quelques mois plus tard. Mirabeau fut enfermé au château de Vincennes, Sophie dans un couvent du Loiret où, minée par la solitude, elle finit par se suicider. A sa libération, trois ans plus tard, Mirabeau se lança dans une brillante carrière politique. Il devint alors l’un des plus prestigieux orateurs de la Révolution avant de s’éteindre en 1791, des suites de la syphilis.
 
 
 
 
  D18 - fort de Joux-redim1024
 
 
 
 
 
 
 
 D07 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -047
  Enceinte Vauban
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 D09 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -051
 
 
 
 
 
 
 
 
D08 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -049
 Vue panoramique sur la Cluse de Pontarlier
 
 
 
 
 
 D10 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -059
 Le puits du fort (200 m de profondeur)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 D11 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -058
 Une tête
 
 
 
 
 
 
 
 
D12 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -065
 Une cuisine du fort
 
 
 
 
 
 

Toussaint Louverture

 
Ancien esclave né en 1743 dans une plantation de l’île de Saint-Domingue (Haïti), Toussaint prit la tête de la révolte des esclaves contre les colons blancs en 1791, soutenu par les espagnols. Il mit la plus riche des colonies françaises à feu et à sang. Trois ans plus tard, la République Française abolit l’esclavage et Toussaint se rallia à elle, devenant par la même occasion le premier général noir de l’armée française. Ses succès militaires et son sens politique lui permirent ensuite de devenir le gouverneur incontesté de la colonie de Saint-Domingue, dont il avait préalablement chassé les espagnols.
L’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte et le rétablissement de l’esclavage conduisirent Toussaint Louverture à reprendre les armes. En 1802, Napoléon organisa une grande expédition militaire qui se solda par la capture de Toussaint. Immédiatement transféré en France, il fut enfermé au Château de Joux, où il mourut le 7 avril 1803, à 60 ans.
En 1804, Haïti devint la première république noire indépendante du monde. La France elle, n’abolit définitivement l’esclavage qu’en 1848.
 
 
 
 D13 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -069
 
 
 
 
 
 
 
 
D14 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -072
 La cellule de Toussaint Louverture
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 D15 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -073
 Un escalier vertigineux permet de descendre dans les parties les plus basses du château
 
 
 
 
 
 
 
 
 D16 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -076
 Un des souterrains du château
 
 
 
 
   Dégustation de produits régionaux à l'issue de la visite... (qui n'est pas comprise dans la visite)
 
 
 
 
D17 - Abbaye de Montbenoit - Fort de JOUX -080
 
   
 
... puis visite de la distillerie artisanale d'absinthe Pierre Guy  à PONTARLIER avant de rejoindre notre hôtel.
 
 
D19 - Distillerie Pontarlier-Anis-redim1024
  .
.
.
   
D23 - distillerie Pontarlier-redim1024
 
.
.
.
D20 - Distillerie Pontarlier-Anis-redim1024
  L'absinthe coule directement dans des fûts en chêne.
.
.
.
D21 - Distillerie Pontarlier-Anis-redim1024
  .
.
.
D22 - Distillerie Pontarlier-Anis-redim1024
.
.
.
 
 
     
 
 
 
 
 

commentaires

JPaulonature 23/06/2012 17:41

Voici un endroit que j'ai vu lorsque j'étais tout petit. Merci pour le rappel. Je vois que la rando s'est terminée d'une manière plus qu'agréable.

serj 14/06/2012 21:15

Bonsoir,
je serais ravi que vous passiez voir mon blog. l'idée est de réunir un maximum de personnes aimant le noir et blanc à travers leurs clichés.
- photo N&B
- pas de copyright
- pas de thème imposé
- un nom par photo
A bientôt, je compte sur vous!!

Irène 13/06/2012 22:03

Une très belle visite bien illustrée, j'espère que ça motivera certains de vos lecteurs à s'y rendre.
Les produits locaux sont excellents,comment résister au vin jaune par exemple, les vins du Jura ne conviennent pas à tous les palais; personnellement j'en raffole contrairement au Pontarlier !
merci encore...vos photos me replongent 20 ans en arrière.

Présentation

  • : Sarrebourg 57400
  • Sarrebourg 57400
  • : Mes photos prises au gré de mes balades et randonnées à Sarrebourg et dans ses environs, dans les Vosges et en Alsace, mais aussi dans toute la Lorraine et ailleurs en France.
  • Contact

L'auteur.

Moi - Hautes Chaumes

Recherche

Météo

Droits d'auteur.

  

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur. Sauf accord préalable demandé par mail, l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE.